Élie Kamano arrêté et placé en garde à vue à la maison centrale de Conakry

L'artiste reggaeman converti en politicien vient d'être arrêté ce mercredi 23 juin, et conduit à la maison centrale de Conakry. Il est poursuivi par l'ex président de la fédération guinéenne de football Salifou Camara Super V pour injures et diffamation par le biais d'un système informatique.

Alors qu'il s'était présenté pour répondre à la convocation du juge du Tribunal de Première Instance de Kaloum, l'accusé a été arrêté dans des circonstances déplorables. Son avocat présent à la maison centrale, décrit les conditions de l'attestation de son client: « Je n'en reviens pas. Je suis tout simplement surpris », a d'abord réagi Maître Salifou Béavogui.

« je ne pouvais pas m'attendre à sa mise en détention aujourd'hui parce que nous venus à l'audience ( l'affaire Me Antoine Pépé Lama et Commissaire Fabou au TPI de Kaloum) avec toutes les garanties. Elie a fait une vidéo et il a reconnu le contenu de la vidéo. Les parties étaient entrain de trouver une solution et le parquet a décidé d'ouvrir un procès. Elie n'a jamais été informé de la date du procès c'est à date d'hier que nous avons appris par voix de presse qu'un mandat a été décerné contre lui. Ce mandat n'a jamais été exécuté et le dossier a été renvoyé à ce jour. Ce jour en homme de toute confiance, il s'est présenté en audience avec son avocat. Nous sommes en matière de fragrant délit. A l'ouverture du procès, nous avons sollicité juste le renvoie de l'affaire pour trois jours pour préparer sa défense mais c'était oublié que le terrain était déjà préparé le conduire en prison. Donc véritablement dans cette affaire, y'a de deux poids deux mesures qui milite en faveur de la partie civile. À l'inverse, Elie Kamano aussi a été victime de prise d'images injuste et une plainte a été déposée à la DPJ et il a été entendu, impossible que Salifou Camara Super V le présumé auteur de l'infraction réponde. Donc dans un cas comme le nôtre, véritablement, Elie est victime d'un acharnement arbitraire inqualifiable et il vient d'être conduit à la prison civile de Conakry et l'affaire a été renvoyé à la huitième. Dans ce monde judiciaire, nous vivons tout. Quand vous êtes faibles vous ne pouvez pas échapper à la prison, quand vous n'avez pas de moyen vous ne pouvez pas échapper à la prison, quand vous n'avez pas de bras long non plus. Il (Elie ) été malmené, le temps pour nous de s'adresser au juge il a été trimbaler dans la salle, il a été pris à parti mallimilitarie. Les images sont insoutenables », s'est insurgé Me Salifou Béavogui.

 

 

 

Mohamed Diakité.