Aboubacar Mandela Camara consultant en éducation, sur le taux d'admission au BAC 2020.

44,43% au BAC 2020 : "un examen saint et crédible en République de Guinée actuellement, surtout au Baccalauréat, on ne peut pas dépasser 20% d’admission », déclare Aboubacar Mandela Camara

Ce vendredi 25 septembre, comme attendu, les résultats du baccalauréat unique session 2020 ont été publiés. Si certains sont contents du taux de réussite, jugée un peu élevé cette année, ce n'est pas le cas d'Aboubacar Mandela Camara. Ce dernier

estime que la barre d'admis ne devrait pas dépasser 20%. Quelques heures après la sortie des résultats du baccalauréat unique, nous l'avons contacté. Sur le taux de réussite qui est de 44,43 toutes options confondues (sciences sociales, sciences mathématiques et sciences expérimentales), il laisse entendre : «d'abord le déroulement des examens d’entrée en 7eme année, le Brevet et le BAC démontrent ou c'est l'expression du naufrage du système éducatif guinéen.

Aujourd’hui on le reconnaît ou pas, le système guinéen est en situation de naufrage. Il a besoin d’être sauvé au plus vite que possible. Le naufrage a deux niveaux: le premier niveau on comprend nonobstant les cas de fraudes massives à ciel ouvert. Un examen saint et crédible en République de Guinée, on ne peut pas dépasser 20%. Comme les années précédentes, malgré les fraudes massives, le taux n’a pas atteint 50% de réussite. Donc, ça veut dire quelque part il y a du hic. L'autre naufrage, lorsqu'un système éducatif est incapable de produire 50% de réussite, il est asphyxié et il doit et être sauvé ».

Bien que déçu du système éducatif du pays, qu’il soit Aboubacar Mandela propose des: « des réformes profondes. D'abord commencer par des cadres compétents et intègres et constructifs qui aiment ce pays, parce que bafouer, c’est bafouer l'avenir de la nation tout entière. La deuxième chose, il faut peut-être restructurer le service national des examens, former les formateurs, changer le système d’évaluation, faire en sorte que ce ne soit plus d’évaluation façon récitation, mais celle à pousser l’élève à faire des analyses, synthèses et à tirer des conclusions ».

 

Mohamed Diakité.