Aboubacar Soumah au sortir de Sekhoutouréya après sa rencontre avec le président de la république

 Près de deux heures d’entretien avec le chef de l’État au palais Soukoutouréyah, ce mardi 27 février, Aboubacar Soumah et compagnie sont ressortis avec des nouvelles plus ou moins satisfaisantes.

« Le président a voulu savoir dans un premier temps les problèmes internes. Il a demandé des explications sur les problèmes qui nous opposent avec d’autres éléments du SLECG, donc il a surtout voulu savoir la réalité de ce qui se passe à l’intérieur du SLECG, parce que les informations qu’il avait reçues jusque-là, n’étaient pas les meilleures. Donc aujourd’hui, il nous a donné la parole pour que nous lui donnions toutes les explications pour qu’il soit véritablement situé sur la situation qui prévaut », a fait savoir Aboubacar Soumah, au sortir de l’entretien.

 

Et de poursuivre : « Nous n’avons pas parlé de la suspension de la grève, après ces explications-là, le président nous a fait savoir que les informations qu’il recevait de l’autre côté n’étaient pas des bonnes informations et qu’à partir de maintenant, il est situé et qu’il a mis en place une commission composée de Tibou Camara, de Ckeick Talibé Sylla et du médiateur pour commencer dès demain (mercredi 28 février, NDLR) les négociations autour des points de revendication. »
Selon, lui « nous devons commencer demain les négociations avec l’équipe qu’il a mise en place. La composition de cette équipe nous rassure, parce que ce sont des éléments auxquels on fait confiance, notamment le ministre Tibou qui, vraiment nous a montré son objectivité depuis son engagement dans la résolution de cette crise-là. Il nous a montré qu’il est un homme objectif, il a traduit au président tous les messages de façon objective. Mais nos revendications restent toujours les mêmes, les deux premiers points restent non négociables ».
il faut signale que cette rencontre a connu la présence du premier Imam de la grande mosquée Fayçal, El. Mohamed Salifou Camara, l’archevêque de Conakry, Mgr Vincent Koulibaly et quelques membres du gouvernent.
Mamadi Oumar Doumbouya pour lematinguinée.com