Aboubacar Soumah encore à la gendarmerie

Sommé de présenter les documents juridiques régissant le fonctionnement du SLECG, Aboubacar Soumah a exposé ses preuves devant la gendarmerie ce lundi 29 janvier 2018. Le syndicaliste était accompagné par son avocat et son coaccusé Abdoulaye Portos Diallo. 

« Les audiences continuent. Aujourd'hui il est question de présenter les documents juridiques régissant le fonctionnement de notre organisation syndicale, le SLECG. Il s'agit de vérifier les informations que nous leur avons données, concernant notre fonctionnement. Les OPJ (officiers de police judicaires) voudraient que nous leur déposions notre statut, notre règlement et les PV des réunions », ont soulevés dans la plainte nous visant sont nuls et non effets. Comment on peut défoncer une porte dont on détient la clé ? Comment on peut voler les cartes qui appartiennent à notre organisation ? On est un déçu. Mais qu'à cela ne tienne comme c'est l'autorité judiciaire, on envoie les éléments. On va voir jusqu'où ça peut aller », a ajouté Aboubacar Soumah indiquant qu’il agit conformément à la loi.
 

Le syndicaliste estime que la page de son rival, Souleymane Sy Savané auteur de la plainte est définitivement tournée au sein du SLECG. « Sy Savané n'est plus responsable, il n'est plus du SLECG. Nous on a tenu le congrès et c'est fini. Son mandat est terminé on a élu un autre bureau », tranche M. Soumah qui demande aux enseignants d’être vigilants et de resserrer les rangs. .

Mamadi Oumar Doumbouya pour lematinguinée.com