Aboubacar Soumah sur le gèle de salaires des enseignants : « Aujourd’hui, dans toutes les écoles publiques, il n’y a pas de cours.»

Malgré les négociations qui ont été engagées la semaine dernière par le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée, LounsenyNabé, toujours le système éducation guinéen est paralysé, suite à la grève des enseignants déclenchée le 03 Octobre dernier par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) d’Aboubacar Soumah. Il y a sept (7) semaines maintenant, que les syndicalistes demandent d’obtenir quelque chose auprès du gouvernement, concernant les revendications portant sur les huit millions, comme de base de chaque enseignant. Mais, en vain !

Pour éclairer la lanterne de l’opinion face à cette crise  qui prévaut au sein du système éducatif guinéen, selon Aboubacar Soumah, ce qu’il faut retenir, cette grève est suivie de long en large sur toute l’étendue du territoire national. « Aujourd’hui, dans toutes les écoles publiques, il n’y a pas de cours. Ce n’est qu’un semblant de cours que certains contractuels  et certains titulaires acquis par la cause  du RPG-Arc-en-ciel sont entrain de tenir… »,a expliqué Aboubacar Soumah, ce lundi au cours d’une émission qu’il a accordé à une radio privée de la place.
Concernant le gel de salaires des enseignants, Aboubacar Soumah indique que cette décision du gouvernement est illégale. Tout en précisant que le syndicat est régi par la loi L028 portant  le statut général des fonctionnaires. «  Si vous parcourez cet article, vous ne verrez en aucun cas cette disposition de gel de salaire. C’est dans le code du travail qu’une disposition de gel de salaires est indiquéelorsque le travailleur est en grève. C’est pourquoi, nous avons toujours clamé haut et fort que, ce gel de salaires des enseignants est un abus du pouvoir… »,clame Aboubacar Soumah du SLECG toujours dans une émission.

Younoussa Bangoura