Onglets principaux

Affaire AOB et Cie/ Le juge sursoit à statuer pour une date ultérieure

 C'est ce mardi 16 janvier 2017 que le procès contre le commandant Alpha oumar Boffa Diallo, Jean Guilavogui et Madame Fatou Badiar a repris au Tribunal de Première Instance de Dixinn.
 

Dès l’ouverture de l’audience, le président du tribunal, Mangadouba Sow, a rappelé aux uns et aux autres qu’une demande de « sursis à statuer » a été adressée à la Cour suprême par les avocats de la partie civile. Une demande qui a fait l’objet d’un débat houleux entre les différentes parties au procès.

 

Cette demande a été soutenue par le ministère public mais rejetée par la défense. Pour elle, la demande de la partie civile est une demande « dilatoire », parce que près d’un an, la Cour suprême a rendu sa décision.
Dans la foulée, la défense a introduit une demande de liberté pour ses clients en brandissant leur dossier médical. Selon eux, ce dossier médical a été délivré par le médecin-chef de la Maison centrale, à Fatou Badiar pour qu’elle bénéficie de soins dans un CHU.
Cette requête aussi a vite été rejetée par le procureur, Sidy Souleymane N’Diaye. Pour lui, tous les chefs d’accusation formulés contre les prévenus sont établis ; en les libérant, cela va créer des troubles à l’ordre public. Les mêmes arguments ont été avancés par la partie civile. Le juge, après avoir écouté les différentes parties, a suspendu l’audience pour la délibération.
A la reprise de l’audience, dans sa lecture du délibéré, Mangadouba Sow, a décidé de surseoir à statuer, afin que la Cour suprême le fasse à la requête de la partie civile, conformément à l’article 529 du code de procédure pénal. La demande de la défense a été de nouveau rejetée par le même tribunal.
Au sortir de la salle d’audience, Me Salifou Béavogui, un des avocats de la défense, a affirmé « prendre acte de la décision du Tribunal Criminel qui vient de rendre dans cette affaire en rejetant notre énième demande de remise en liberté ».
Mamadi Oumar Doumbouya pour lematinguinée.com

La parole à ceux qui font l'actualité