Baccalauréat unique session 2018/Matam : le ministre d’Etat MamadyDiané préside le lancement des premières épreuves

Les premières épreuves du  baccalauréat unique session 2018 ont été lancées ce mercredi 27 juin 2018 sur l’ensemble du territoire national. Dans la commune de Matam, c’est le ministre d’Etat, ministre de la Défense Nationale Dr MamadyDiané, qui a présidé le lancement des premières épreuves du baccalauréat unique session 2018, avec la tolérance zéro.

Avant le lancement des premières épreuves, toutes les diapositives étaient misent sur place par la direction communale de l’éducation, pour le bon fonctionnement du baccalauréat, malgré que l’année scolaire 2017-2018 était émaillée par une crise des grèves des enseignants, enclenchée par le Syndicat  des Enseignants Libres  et Chercheurs de Guinée  (SLECG) d’Aboubacar Soumah.
Cette année, la Direction Communale de l’Education de Matam compte au baccalauréat unique session 2018, option science expérimentale 503 candidats dont 186 filles  à l’enseignement général et 34 candidats dont 8 filles franco-arabe, soit un total en science expérimentale de 537 candidats dont 194 filles, avec 36, 12%. Option science sociale, 2704 candidats dont 1161 filles à l’enseignement général et 131 candidats dont 20 filles de franco-arabe ; soit un total en science sociale de 2835 candidats dont 1,181 filles avec 41,65% de filles. Option science mathématique, 1344 candidats dont 490 filles à l’enseignement général, avec 36, 45% de filles, soit un total général, pour toutes options confondues, à l’enseignement général et à franco-arabe, de 4716 candidats dont 1865 filles avec 39, 12 % de filles. Ces candidats sont repartis dans 13 centres pour 164 salles, avec 328 surveillants tous présents.
S’adressant aux candidats et aux encadreurs, le ministre d’Etat, ministre de la Défense Dr MamadyDiané, en sa qualité d’enseignant de profession, a demandé aux candidats de ne compter que sur eux même et surtout, de concentrer pour bien travailler dans toutes les épreuves. Surtout que, selon le ministre d’Etat, ministre de la Défense, les épreuves qui seront données sont des cours qui ont été réussi au cours de l’année scolaire. Donc, selon le ministre, pour réussir, il faut travailler. Donc, c’est le message que j’ai pour les candidats. Et, je demande aussi aux encadreurs, de respecter les principes avec la tolérance zéro.
Bangoura younoussa