Baidy Aribot à propos de la rencontre du Président Alpha Condé-Dalein : « les deux personnalités sont à féliciter…»

A l’issue de la rencontre entre Président Alpha Condé et le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, le député uninominal de Kaloum, l’honorable Baidy Aribot a accordé un entretien à notre rédaction. Dans cette interview, Baidy Aribot et notre reporter ont abordé plusieurs questions relatives à l’actualité sociopolitique de la Guinée. Lisez!

Lematinguinee.com: Le Président de la République, Pr Alpha Condé s’est entretenu le jeudi dernier avec le chef de file de l’opposition El hadj Cellou Dalein Diallo au palais Sékhoutouréya. Quelle est votre réaction ?

Baidy Aribot : La rencontre du président Alpha Condé avec le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, est une très bonne chose pour notre parti. Vous vous souviendrez que l’UFR a toujours exprimé son souhait à ce que ces genres de rencontres aient liées, parce que la crise politique n’arrange pas notre pays. Le contexte actuel du pays doit appeler tous les acteurs politiques à vraiment privilégier le dialogue. A ce titre, nous avions lancé un appel à nos collègues de l’opposition de privilégier le dialogue avec le pouvoir pour permettre d’aplanir leur divergence pour qu’en fin le dialogue politique puisse être relancé. Et je pense que cet appel a été entendu, le chef de l’Etat a pris l’initiative et c’est une bonne chose, parce qu’il est garant de la paix en invitant son frère Cellou Dalein Diallo a un dialogue direct et surtout convergé sur les mêmes points de vue afin de permettre l’ouverture du dialogue. Et voir aussi comment l’accord intégral puisse être respecté. Donc, les deux personnalités sont à féliciter parce qu’ils ont accepté de parler sur les intérêts de la nation. Le président Alpha Condé s’est engagé à mette toutes les institutions en branle pour qu’il y ait l’ouverture du dialogue.

Votre leader Sidya Touré a accepté de travailler avec le président Alpha Condé, et cela a été mal vu par le leader de l’UFDG et aujourd’hui il accepte la main tendue du président Alpha Condé. Qu’est-ce que vous en dites ?

Vous savez l’UFR est un parti visionnaire, elle a toujours anticipé sur les évènements. Vous savez quand on fait de la politique, il faut savoir anticiper sur les évènements. On savait que ça allait finir par ces échanges entre les fils du pays. Parce qu’on n’a pas d’autre alternative que ça. Certes, nous avions pris la décision au moment où les consciences n’étaient pas préparées, ou certainement les positions politiques étaient tranchées. A l’époque, je pense que certains avaient qualifié de notre président, Sidya Touré de traitre ou d’avoir trahit l’opposition, mais un homme intelligent, expérimenté connaissant comment fonctionne l’Etat, je pense qu’il a compris que la Guinée avait besoin d’apaisement pour privilégier l’intérêt supérieur de la nation. Et aujourd’hui, l’acceptation de cette main tendue du président Alpha Condé par Cellou Dalein a été saluée par toute l’opposition et les citoyens. Tout le monde a compris pour quoi, il fallait que les guinéens se parlent pour privilégier l’intérêt supérieur de la nation et c’est ce que nous avions préféré depuis au départ. Je veux vous dire ici, que la collaboration ne veut pas dire soumission, mais elle veut dire respect mutuel, franchise, conseil pour le bien de la Guinée et c’est ce que l’UFR fait aujourd’hui pour le pays.

Au cours de cette rencontre, les deux personnalités se sont pensé sur un certain nombre de questions, notamment la reprise du dialogue, l’application des accords qui ont été signé. Est-ce que du côté de l’UFR on peut parler aujourd’hui de l’espoir ?

Certainement nous avions des différends de fond avec nos collègues de l’opposition républicaine. Nous on n’a préféré d’aller directement au dialogue autour de la table et l’opposition républicaine a privilégié d’abord un bras de fer et puis revenir sur la table de négociation en posant des préalables. Cela veut dire que nous convergeons sur les mêmes points de vue. En fait c’est de faire respecter le pouvoir les accords qui ont été signés en 2015, parce que nous sommes une partie prenante de ces accords et plus mieux en tant que troisième force du pays, nous pensons que le débat actuel doit prendre en considération ces différents points de vue. Donc, l’UFR a contribué à ce que l’espoir soit permis de voir à ce que les divergences soient aplanies pour que les accords qui sont signés soient accepté dans sa lettre, dans sa configuration pour sortir de cette querelle de politique politiciens.

D’aucuns pensent que l’UFR n’est plus de l’opposition après avoir accepté de travailler avec le président Alpha Condé. Dites-nous quelle est la position aujourd’hui de l’UFR au sein de cette opposition ?

L’UFR n’a pas besoin de connaissance pour dire qu’il est de l’opposition ou pas. Nous sommes de l’opposition, mais pas de l’opposition républicaine. On n’a décidé de quitter cette opposition républicaine pour des raisons et des objectifs qui nous sont propres. Et nous avions maintenant notre vision sur la manière dont nous pouvons prendre nos responsabilités dans les débats politiques et notre positionnement dans l’échiquier politique. Si nous collaborons aujourd’hui avec l’exécutif, c’est parce que nous avions souhaité apporter notre contribution à l’édification du pays. Et pour le faire, ce n’est pas dans la négation ou dans la polémique.

Quelle a été la partition de l’UFR pour cette rencontre entre Alpha Condé et le Chef de file de l’opposition ?

On a lancé un appel, quand la crise avait commencé, j’ai tenu beaucoup de propos dans le sens d’appeler les acteurs politiques à plus de retenu et de responsabilité et cela avant même le cas Ousmane Gaoual. Parce qu’il y’a eu de discours vraiment qui n’étaient pas républicains et qui appelaient à la violence. Et l’UFR avait condamné par ma voix. J’avais dit que ce n’était pas bon pour le pays de tenir ces discours. Et j’avais fait un appel au président de la république, en disant qu’il est le garant de la république. Aussi j’avais interpellé l’opposition républicaine en disant de mettre l’intérêt supérieur de la Guinée devant et de sortir de question de manifestation de rue qui coutait chers pour eux. Et ces appels ont été entendus dans ce sens et toute chose qui finit bien, nous pensons que la rencontre d’hier va continuer dans ce sens.

B-Younoussa, pour lematinguinee.com

Tél : +224 662 19 42 26

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.