Concertation nationale : Colonel Doumbouya promet de rendre la justice guinéenne fonctionnelle et crédible

Le président du Comité national pour le rassemblement et du développement (CNRD) et ses hommes ont reçu ce mardi 21 septembre le corps magistral guinéen au palais du peuple de Conakry. Les procureurs de la République, les procureurs généraux, les magistrats étaient venu rencontré les nouvelles autorités dans le cadre de la concertation nationale qui a débuté il y a une semaine. Après les changes qui ont durée plus de deux heures du temps, les magistrats sont sorti avec une lueur d'espoir de pouvoir exercer désormais leur profession sans l'influence de l'exécutif.

A sa sortie de la rencontre, le président de la chambre spéciale des mineurs de la Cour d'appel de Conakry a fait savoir qu'ils ont promis d'adresser un mémorandum au CNRD dans lequel ils vont exposer tous les problèmes qui entravent le fonctionnement normal de l'appareil judiciaire en Guinée.

« Nous venons de prendre contact avec les nouvelles autorités pour présenter la justice, dans ses problèmes, dans les difficultés que nous avons dans nos fonctionnements. Nous sommes venus lui dire que nous déposerons un mémorandum qui va reprendre tous les problèmes que nous avons notamment dans le fonctionnement, il n'y a pas de budget de fonctionnement dans les juridictions, nous n'avons pas de palais de justice, vous allez voir que la plupart des juridictions sont dans les bâtiments privés en location, ce qui n'est pas normal, il y a des juridictions qui n'ont pas du tout de siège par exemple le tribunal du travail, le tribunal pour enfant et le tribunal militaire qui travail dans une villa, ce qui n'est pas honorable. Donc les problèmes sont nombreux. Le traitement du magistrat d'abord c'est la formation, vous savez que le droit évolue si vous n'êtes pas formé ce n'est pas bon. Il y a problème de moyens de déplacement ensuite tous les officiers de la police judiciaire, personne n'accepte d'être muté à l'intérieur du pays. Par exemple, moi je suis allé à Lola, le procureur de juge de paix de Lola n'a que trois gendarmes à sa disposition », indique Dieylla Barry.

Ces problèmes ainsi que d'autres ont été évoqués dans les échanges. C'est pourquoi en réponse à ces préoccupations des magistrats, le numéro un de la junte a promis de s'investir pour redorer l'image de la justice guinéenne.

« Il a promis à la réception du document qui va lui envoyé, il prendra des dispositions selon la mesure du possible pour pouvoir rendre la justice fonctionnelle et crédible parce qu'aucun investisseur ne viendra si la justice est pourri, si la justice est corrompu, si la justice est n'existe pas, si elle n'est pas forte. Il a dit qu'il y a beaucoup de problèmes, ce n'est pas la justice seulement, il y a des problèmes partout mais qu'il prendra ses dispositions pour que la justice puisse marcher très rapidement », souligne le président de la chambre spéciale des mineurs de la Cour d'appel de Conakry.

 

 

 

Mohamed kaba Diakité.