Edito : Le covid-19 a-t-il un genre ?