Grève du SLECG : le mot d’ordre de grève maintenu.

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG)  maintient  toujours son mot d’ordre de grève malgré les menaces de gouvernement .Ce samedi 6 octobre 2018, au cours d’une assemblée générale  tenue à son siège à Donka et qui a connue la forte mobilisations des enseignants venus des 4 coins du pays, le SLECG par la voix d’Aboubacar Soumah a invité les enseignants  de resserrer  les rangs jusqu’à la satisfaction de sa revendication par  le gouvernement guinéen.

 Devant les enseignants très mobilisés pour la circonstance, Aboubacar Soumah, secrétaire général du syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG)  , déclaré que   «Face aux manœuvres dilatoires orchestrées par les autorités gouvernementales, nous invitons tous les enseignants de Guinée à resserrer les rangs et à être très vigilants pour que, massivement le lundi, ils continuent à observer le mot d’ordre de grève et le maintenir jusqu’à l’obtention d’un certain montant par rapport aux huit millions que nous avons revendiqués et pour lesquels nous avons déclaré c’est négociable. Mais, tant que nos revendications ne sont pas satisfaites, la grève continue »
Aboubacar Soumah  en s’adressant à certains  responsables  a laissé entendre » Nous demandons aux responsables administratifs qui sont en train de proférer des menaces à l’endroit de nos enseignants à l’intérieur du pays comme à Conakry de bien vouloir se ressaisir. Faute de quoi, nous allons demander leur  départ, toutes autorités qui se manifestent à l’endroit de nos camarades, nous demanderons son départ pur et simple »,
Il a par ailleurs, il a invité les parents d’élèves à garder leurs enfants à la maison Pour des raisons dit-il  «  Nous ne voulons pas que ces enfants soient exposés aux réactions des agents des forces de l’ordre qui n’utilisent pas les armes conventionnelle contre les manifestants du pays ».
Alphonse Y