Guinée : l’inter-centrale CNTG-USTG corrige le patronat de Guinée.

Dans une déclaration rendue publique ce lundi 09 juillet 2018, lors d’une conférence de presse à la bourse du travail, l’inter-centrale  CNG-USTG, a répondu aux propos du patronat guinéen qui les à inviter à suspendre la grève ce lundi même.

Selon Elhadj Mamadou Alpha Diallo secrétaire chargé de l’administration et de la décentralisation de l’USTG qui a lu cette déclaration précisé  que cette forme de déclaration est l’expression d’un véritable soutient au gouvernement pour l’augmentation du prix du carburant à la pompe  
Par ailleurs, le syndicat ajoute que cette déclaration est  sans commune mesure un acte de trahison. En outre,  El hadj Alpha Mamadou Diallo, secrétaire chargé de l’administration et de la décentralisation de l’USTG  a aussi dénoncé que «Avec une telle déclaration,  l’inter-centrale syndicale a compris le nouveau mode opératoire mis en œuvre en bipartite pour affaiblir le mouvement syndical en prenant en commun  des mesures impopulaires, dilatoires et déstabilisantes »
Toujours selon le syndicaliste « En programmant la hausse du prix du carburant à la pompe, le syndicat a rappelé que les deux partenaires savent bien les lourdes conséquences que cela entraine aussi sur la vie des travailleurs que sur les autres couches de la population. Aujourd’hui, le prix du petit piment avoisine celui du demi-kilo du même produit, il y a quelques semaines».
Selon le constat du  syndicat, quand le gouvernement et le patronat parlent des mesures d’accompagnement «on se demande bien la signification de ces termes dès lors qu’on sait que chaque guinéen est concerné par la perte non seulement du pouvoir d’achat que du pouvoir de survie».
Plus loin, dans la même déclaration nous avons copie, le syndicat dénonce que la hausse du prix du carburant n’arrange que ceux qui sont versés et plongés dans les malversations, la gabegie ainsi que dans la corruption qui gangrène l’administration guinéenne.
Encore, l’inter-centrale syndicale demande à toutes les forces vives du pays à se joindre à elle pour, qu’ils puissent ensemble, aboutir à cette revendication «légitime» qui concerne la vie du pays.
Alphonse Y