Interdiction de la marche de jeudi: ‘’ Nous n’allons pas obtempérer cette décision d’interdiction de marcher… », prévient Cellou Dalein Diallo

Malgré l’interdiction des manifestations à Conakry par les autorités, l’opposition républicaine est déterminée à marcher ce jeudi, 09 août 2018 à Conakry. Elle l’a fait savoir au cours d’une conférence de presse qu’elle a tenu  ce mardi 07 août 2018 à la maison commune des journalistes sis à Coleyah, dans la commune de Matam. Et, selon porte-parole de l’opposition Dr Faya Milomono, l’itinéraire de

cette marche pacifique sera comme suit : Rondpoint Yimbaya-Tanerie, rondpoint aéroport Gbèssia, Rondpoint Bembeto et enfin, les manifestants prendront la destination de l’esplanade du 28 septembre où un meeting géant sera prévue, pour permettre aux différents leaders de s’adresser non seulement à leurs militants mais aussi, envoyé un message au pouvoir d’Alpha Condé, qui fait toujours sourde oreille aux revendications de l’opposition.
Avant de rappeler les raisons de leur marche. Selon Dr Lansana Faya Milimono, porte-parole de l’opposition républicaine, l’opposition a appelé les militants à descendre dans les rues ce jeudi,  09 août prochain, parce que, les lois de la république sont violées par le régime en place. Selon Faya, ayant constaté que le pouvoir retard l’application de l’accord en 2016 et la non application de l’accord de la rencontre entre le chef de fil de l’opposition et le chef de l’Etat et, au nombre de violences enregistrées, l’interdiction des manifestations, l’arrestation de plusieurs militants de l’opposition, la circulation des armes lors des marches, qui ont entrainé la mort  plus de 80 personnes, pour ne citer que ceux-là, que l’opposition a décidé d’organisation une marche pacifique ce jeudi à Conakry.
Et, selon toujours le porte-parole de l’opposition Dr Faya Milimono, cette marche connaitra une itinéraire comme suit : Yimbaya-Tanerie,  rondpoint de l’aéroport gbèssia, rondpoint de Bembeto et enfin, les manifestants prendront la destination de l’esplanade du stade du 28 septembre où un meeting géant sera organisé, pour permettre aux leaders politiques de s’adresser à leurs militants mais aussi, exprimer leur ras-le- bol contre le pouvoir d’Alpha Condé qui, depuis qu’il est arrivée à la magistrature suprême en 2010, n’a respecté aucun engagement et les guinéens sont plongés dans une pauvreté extrême.
Déçu du comportement de la CENI, qui  a arrêté brutalement le processus du contrôle des pièces des leaders, qui étaient en contentieux électoraux avec les résultats qui ont été publiés par l’institution en charge d’organiser ces élections. Pour trouver une solution qui a failli basculer,  le Chef de l’Etat a souhaité de me rencontrer, rappelle Cellou Dalein Diallo, qui dit qu’il a été reçu par le Chef de l’Etat, pour l’informer des raisons de la revendication de l’opposition. « Mais, on ne peut continuer à supporter l’injustice dans ce pays. On nous a volé 20 sièges dans les différentes communes à Matoto, à Dubréka, à Matam, pour ne citer que ceux-là. Alors, nous manifesterons ce jeudi, pour exiger la publication des vrais résultats des communales et communautaires », indique Cellou Dalein Diallo, chef de fil de l’opposition, qui rappelle qu’il n’a jamais rencontré le général Sékouba Konaté pour quoi que ce soit.
Augmentation du prix du carburant !
« Effectivement, l’opposition a demandé à ce que le prix du carburant soit baisé. Mais, le gouvernement fait toujours sourde oreille. Lorsque le prix était vendu à 8 000, le gouvernement avait  comme intérêt 1600 francs guinéens sur chaque litre vendu à la pompe »,  explique Cellou Dalein Diallo, avant de déplorer l’attitude du gouvernement qui, selon Dalein,  quand le prix du carburant était baissé, il a refusé de baisser le prix du carburant à la pompe. Pour renchérir dans la même d’ordre d’idée, Dr Faya Milimono a informé à la presse que, chaque litre vendu aujourd’hui, le gouvernement gagne un intérêt de 3000 francs guinéens.
Pourquoi marcher sur l’autoroute ?
Les manifestations sur l’autoroute ont moins d’incident. « Pour preuve, la dernière marche sur l’autoroute n’a connue aucun incident.  Alors, on ne peut pas interdire le droit d’organiser les marches à l’opposition. Nous n’allons pas obtempérer cette décision d’interdiction de marcher. Comme on l’a toujours fait, l’encadrement de la marche, nous sommes prêts. Donc, notre position, c’est d’organiser la marche pour exercer notre droit», prévient clairement Cellou Dalein Diallo, Chef de fil de l’opposition  au gouvernement d’Alpha Condé, à la réponse de la question d’un journaliste, relative à l’interdiction de la marche de l’opposition par les autorités ce jeudi à Conakry.
Bangoura Younoussa