Interview - les autorités guinéennes refoulent KEMI SEBA à l’aéroport de Conakry: « Je ressens de la tristesse face à cette interdiction »

KEMI SEBA l’activiste panafricaniste de 36 ans, en provenance du Bénin, a été bloqué à l’aéroport international Conakry Gbessia dès sa décente de l’avion Air Ivoire ce vendredi, 02 mars 2018. Invité de l’ONG guinéenne, Urgence Africaine, Kémi Seba devait animer des conférences se rapportant à la problématique de la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, la lutte pour la démocratie etc... Sur son chemin de retour votre quotidien.

www.lematinguinee.com l’a rencontré. Voici ce qu’il nous livre :
LEMATINGUINEE.COM : Bonjour KEMI SEBA.
KEMI SEBA : bonjour.
LEMATINGUINEE.COM : Aussitôt arrivé à Conakry, vous voilà sur le chemin de retour. Qu’est ce qui s’est passé ?
KEMI SEBA : J’étais invité de la jeunesse panafricaniste de Guinée pour faire une tournée portant sur la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, le droit à la prise en charge des préoccupations des jeunes et la prise des responsabilités pour la jeunesse guinéenne, la jeunesse africaine d’une manière générale, la lutte pour la démocratie ; j’ai été interdit de fouler le sol guinéen par le gouvernement d’Alpha CONDE qui ne veut pas qu’on parle de ces thèmes là puisque c’est un pays comme la plupart de nos pays où les présidents sont milliardaires pendant que la majorité de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Ce n’était pas un meeting violent loin s’en faut, ça devait être un meeting pacifique prévu et organisé comme partout où nous passons. Le Président Alpha CONDE nous a empêché de fouler le sol guinéen parce qu’il est le premier responsable du chômage endémique de la jeunesse guinéenne donc il fait partir de ceux qui veulent maintenir le statu quo qui tiennent de faux discours panafricanistes à l’Union africaine et ne veulent pas que leur population puissent avoir accès aux richesses leur pays.
LEMATINGUINEE.COM : A vous écouter on sent de la frustration KEMI SEBA !
KEMI SEBA : Non ce n’est pas de la frustration, c’est de la tristesse de voir qu’au XXIe siècle rien a changé depuis la colonisation ; simplement les colons blancs ont trouvé des préfets noirs. Et Alpha CONDE qui se présente comme un prétendu panafricaniste montre par mon refoulement qu’il est antidémocratique. Un leader panafricaniste qui se bat pour son peuple et qui fait en sorte que des questions d’inégalité, du manque de partage des richesses puissent être mises sur la table pour qu’on avance vers une meilleure gouvernance, beee que ce leader soit interdit d’entrée en guinée, ça fait réfléchir.
LEMATINGUINEE.COM : Quelle est la prochaine étape ?
KEMI SEBA : La prochaine étape je retourne au bénin. Le bénin est là où je suis bien, c’est mon pays. J’ai été reçu hier par le Président Nicephore Soglo qui m’a félicité pour le combat politique que je mène et je vais faire une série de conférence, de meeting et d’interview pour expliquer mon expulsion et pour parler des problèmes de corruption qui existent à l’heure actuelle en Afrique. On peut se plaindre du néocolonialisme français mais il serait temps qu’on parle de la mal-gouvernance de nos chefs d’Etat dans la zone franc, en Afrique francophone car la guinée n’est pas dans la zone franc.
LEMATINGUINEE.COM : Pour terminer quel l’appel que vous lancez à la jeunesse africaine, et la jeunesse guinéenne en particulier ?
KEMI SEBA : Je demande à la jeunesse guinéenne et africaine en générale de prendre son destin en main. De ne plus accepter que nos dirigeants volent les deniers de l’Etat qui favorise la création d’une uper classe qui marche sur le dos du peule qui, en majorité vit sous le seuil de pauvreté. Il est temps qu’il ait une révolution pacifique et civique sur le continent africain surtout en Afrique francophone parce que nous sommes loin derrière les autres.
LEMATINGUINEE.COM : Merci KEMI SEBA
KEMI SEBA : Merci à vous.
Mamadi  Doumbouya