Jour de vote au Burundi : un référendum pour renforcer le pouvoir de Pierre Nkurunziza

Près de 5 millions d'électeurs sont appelés à se prononcer sur le projet d'amendement de la Constitution qui pourrait permettre à Pierre Nkurunziza de se maintenir à la tête du Burundi jusqu'en 2034.

Jour-J au Burundi. Après deux semaines d’une campagne tendue, entachée de plusieurs épisodes de violence, les électeurs burundais ont commencé, dès 6 heures du matin, à affluer vers les quelques 11 000 bureaux de vote éparpillés dans le pays. Pour l’opposition, qui a appelé au boycott, ce référendum aura surtout pour effet d’enterrer l’accord d’Arusha, signé en 2000 et qui avait ouvert la voie à la fin de la guerre civile débutée en 1993.
4,8 millions de votants doivent se prononcer en faveur du « ego » ou « oya » (« oui » et « non » en kirundi) lors de ce référendum sur le projet de modification de la Constitution de 2005.
Le président Pierre Nkurunziza s’est présenté tôt jeudi matin à l’école primaire de Ngozi II, dans la province du même nom située dans le nord du pays, d’où il est originaire. « C’est un grand jour tant attendu par la majorité de Burundais. Nous remercions tous les Burundais qui se sont levés très tôt pour aller accomplir ce geste patriotique », a déclaré le président burundais, cité par la plateforme SOS Médias Burundi.
Le monde presse