Justice : Alpha Seny Camara promet de débloquer les dossiers de détournement de 200 milliards 51 millions de l'ARPT et des moustiquaires imprégnées !

Depuis des mois, plusieurs dossiers de scandales financiers impliquant des département ministériels sont devant le tribunal de première instance de Kaloum. Il s'agit entre autres, les présumés détournements de 200 milliards au Ministère de l'enseignement technique et de la formation professionnelle, des moustiquaires imprégnées du Ministère de la santé, affaire de 51 millions à l'ARPT et le dossier des fonctionnaires fictifs au Ministère de la fonction publique. Ces dossiers qui accablent certains hauts dignitaires du régime déchu ont connus à un moment donné des blocus au niveau du TPI de Kaloum. Cela était dû par le fait de l'immixtion de l'exécutif dans les affaires judiciaires. Mais avec l'avènement de nouvelles autorités au pouvoir, le procureur en charge de ces dossiers a déclaré qu'ils seront bientôt débloquer.

Alpha Seny Camara a promis que la lumière sera faite sur ces cas détournements. Le procureur près du TPI de Kaloum a fait cette annonce ce mardi, 21 septembre à sa sortie du cadre de concertation nationale avec le comité national de rassemblement et du développement (CNRD).

« J'ai un dossier de détournement à l'ARPT 51 millions de francs guinéens, j'ai un dossier de vol de moustiquaires imprégnés par les cadres du ministère de la santé. J'ai un dossier de la fonction publique qui est entrain d'être jugé,  j'ai un dossier du ministère de l'enseignement technique, les 200 milliards qui ne sont pas morts mais plus ou moins mises en bernes. Ces dossiers sont dans le cabinet d'instruction ne sont pas encore bloqués, ne sont pas renvoyés au greffes, il avait seulement un petit piétinement mais avec les nouvelles autorités je pense que tout va aller bien. Les dispositions sont entrain d'être prise pour que la lumière soit faite sur ces dossiers », a t-il déclaré.

 

Parlant de l'immixtion de l'exécutif dans les affaires judiciaires, Alpha Seny Camara reconnaît que dans un passé récent, sous le règne d'Alpha Condé, il y a eu l'interférence de la part de certaines autorités d'alors.

 

« Au niveau de la justice, Il faut que le juge soit libre, il faut que le juge soit indépendant, et les textes que nous avons font que le juge est un cadre indépendant.  Mais vous savez par moment il y a des interférences des autorités ce qui fait que parfois , le juge peut aller à gauche au lieu d'aller à droite. Ça c'est un autre débat mais ce qui est important aujourd'hui ce que les nouvelles autorités et nous , on s'est compris,  les plaidoyers vont être acceptés peut-être. Le juge était  bien indépendant, mais ce que nous sollicitons aujourd'hui, c'est augmenter cette indépendance. Ça ne doit pas se limiter seulement aux textes, il faut que ça soit dans le comportement dans l'exercice de nos fonctions. Que les juges appliquent strictement la loi, qu'ils n'obéissent qu'a la loi », martèle le procureur de la République près du TPI de Kaloum.

 

 

 

Mohamed Diakité.