Kankan : la fête de Tabaski, les tailleurs parlent de la rareté des clients...

Les tailleurs se plaignent de la rareté de la clientèle dans leurs ateliers. C’est le cas de maîtresse wawa Condé  couturière au quartier Météo commune urbaine de kankan  : « d’habitude à l’approche de la fête on gagnait plusieurs clients mais cette année c’est le contraire. Le peu de clients  qui viennent , certains font un crédit, ils disent qu’ils n’ont pas d’argent. On n’a pas de choix, nous sommes obligés d’accepter. La réalité est que cette fois-ci nous n’avons pas de clients, même pendant la fête de ramadan on avait plus de clients que celle-ci  », raconte  t-elle .

Cette situation inquiète à plus d’un titre les pères et mères de famille qui veulent célébrer cette journée en apothéose. Rencontrée au  marché dibida de kankan , Wawa CONDÉ  mère de famille s’inquiète de cette hausse du prix de tous les articles dans les différents marchés « le prix du riz est cher, la viande, le poisson, d’ailleurs les habits on n’en parle même pas. Actuellement quand tu demandes le prix des habits pour enfant, ils disent 120.000, 140.000 ou 200.000 GNF voir même plus, juste pour un enfant. Nous qui avons plusieurs enfants, avons de sérieux problèmes car il n’est pas du tout facile de nourrir et habiller tous ceux-ci » À t-elle Martèlé .

 

La fête de Tabaski intervient à un moment où plusieurs personnes sont confrontées à une crise économique. Des citoyens de la ville de Cheick Fanta Mady Chérif  demandent main forte du Président de la République  à travers les départements concernés pour la baisse du prix dans les différents marchés publics.

 

 

 

FATOUMATA DIAWARA pour lematinguinee.com