L’économie guinéenne vers un compte unique du trésor (CUT) pour plus de transparence

« L’importance du compte unique du trésor (CUT, ndlr) est d’assurer une visibilité, une transparence totale et la traçabilité des opérations de trésorerie de l’Etat », disait, ce lundi 19 février, la ministre en charge de l’Economie et des Finances, Malado Kaba, qui a rencontré les responsables et représentants des établissements publics à caractère public (EPA), dans le cadre d’une session d’information, qui s’est déroulée dans les locaux de la Trésorerie nationale.

L’objectif de cette rencontre a été d’expliquer les principes et avantages  de ce nouvel outil, que le ministère compte mettre en place dans le cadre de la réforme de l’économie guinéenne.

 

Rappelant le but de cette session informative, la ministre Malado a dit que : « C’est pour les sensibiliser également, les informer sur le processus de mise en œuvre du compte unique du trésor. Cette rencontre fait suite à la communication faite au mois de décembre qui visait à informer et promouvoir l’adhésion de tout le gouvernement dans la mise en œuvre de cette réforme importante, qui vient renforcer le cadre des finances publiques en Guinée. Et aujourd’hui, c’était pour leur expliquer ce qu’est un compte unique du trésor, et le cadre légal de ce processus », explique la ministre.
Poursuivant sur l’importance que revêt ce changement pour l’Etat, elle ajoute : « C’est permettre à l’Etat d’assurer les paiements vis-à-vis des tiers, c’est de faire en sorte que l’Etat réduise les emprunts qu’il aurait à faire, notamment auprès du système bancaire, en cas de déficit à combler, disposer d’une information complète en temps réel sur toute les ressources publiques, éviter l’accumulation d’arriérés de paiement entre autres », a-t-elle cité comme avantages du CUT.
Elle s’est par ailleurs voulue rassurante, en estimant que « nous leur avions dit que l’accès à leurs ressources sera bien évidemment assurée. Il ne s’agit absolument pas au Trésor public de s’accaparer de leurs ressources, mais uniquement faire en sorte qu’il y ait une meilleure visibilité du ministre chargé des finances. Donc les établissements publics à caractère administratif auront un total accès à leurs ressources financières ».
Doumbouya Mamadi Oumar pour lematinguinée.com