L’inter-centrale CNTG-UTSG et les forces sociales unissent leurs forces

L’inter-centrale  CNTG-UTSG  a reçu ce jeudi 12 juillet 2018, à la bourse  du travail, la visite des  forces sociales. L’objectif de cette visite consistait à soutenir l’inter-centrale afin de mettre en place une coordination pour lutter disent-ils contre l’injustice sociale
 

Devant la presse Mamadou Mansaré  dans sa communication dira que  «  cette rencontre nous a permis de mettre en place un cadre concerté de mouvement en vue de faire fléchir ce gouvernement pour dire que le peuple de Guinée demande plus de justice sociale, plus d’équité. Ce n’est pas seulement le prix du carburant que nous exigeons, nous demandons plus de justice sociale, la lutte contre l’impunité. Ce peuple a été trop trainé dans la boue…Demain  vendredi  nous invitons l’ensemble des travailleurs et travailleuses de tous les secteurs confondus de Conakry, Coyah, Forécariah à une très grande assemblée générale à la bourse du travail ».
Toujours selon lui, cette assemblée générale du vendredi 13 juillet 2018  qui sera convoquée par l’inter-centrale verra la participation effective de toutes les organisations des forces sociales représentées par leur premier responsable pour faire passer le message du peuple de Guinée.  « Il faut que ce gouvernement Kassory entende le cri du peuple et ce cri du peuple va s’entendre. Et nous sommes prêts à partir du mardi de mettre en place la dynamique de la  marche verte qui va être une très grande mobilisation  de l’ensemble des classes populaires guinéennes.  
De son côté Algassimou Diallo, porte parole des forces vives   a expliqué à  la presse les raisons de leur présence  ce jeudi dans les locaux de la bourse du travail  « Nous avons répondu ce matin à l’appel de nos camarades syndicalistes et les forces sociales se sont massivement déplacés, d’abord pour prouver aux travailleurs et aux travailleuses de la république de Guinée que le peuple est avec eux. Les forces sociales , c’est cette dynamique qui se retrouve au nom des citoyens (es) guinéens, au nom de l’ensemble des organisations de la société civile pour se battre  comme ils l’ont dit contre l’injustice sociale et ramener le prix du carburant à 8000 fg. Ce sont des conditions non négociables, si le gouvernement veut entendre les cris du peuple nous sommes à son écoute, s’il ne veut pas entendre la constitution  nous confère des droits et nous  allons les appliquer…. Il faudrait que le gouvernement accepte de souffrir aussi pour le bien de ce peuple là ».
Alphonse Y pour lematinguiée.com