Madina ; l'occupation anarchique du long des rails par les femmes on en parle

A madina, le long des rails est transformé en marché par certaines vendeuses. Nombreuses sont celles qui ont occupé ces lieux pour vendre leur marchandises sans se soucier des conséquences que cela pourrait engendrer. Malgré l'interdiction par les services de sécurité, ces femmes continuent à occuper cet endroit pour trouver leur pain quotidien.

Vendeuses de poisson et de filperie, ces femmes sont venues occuper le long des rails de façon anarchique. Pour les services de sécurité, malgré de nombreuses sensibilisation ces vendeuses restent toujours sur place. 

"Les responsables sont venus dire aux vendeuses de poisson de quitter par ce que parfois le train arrive quand elles sont nombreuses. Ils font des sensibilisations chaque année mais elles refusent d'obeïr. Nous sommes nombreux pour pouvoir protéger les citoyens. Pour le moment, on leur demande de déguerpir ces baraques au long des rails" a signaler  Aboubacar Conté.

Conscients des risques, ces vendeuses se disent obligés d'occuper ces lieux pour subvenir à leur besoin. M'mah Soumah, ne tarde pas à donner les raisons pour lesquelles elles ne veulent pas libérer cet endroit.

"Quand le train arrive, on fuit pour laisser nos marchandises et les  parapluies pour sauver nos vie. Nous n'avons pas le choix si nous ne faisons pas ça, nous pouvons devenir des voleuses ou des prostituées. C'est nous qui survenons aux besoins de la famille. Nos maris ne travaillent pas. Dans le marché, une table est prise à 550.000 (cinq cent cinquante mille ). C'est ici on s'assaille, si le train arrive, on sauve nos vies" affirme t-elle.

A part l'occupation anarchique, certaines personnes aussi jettent les ordures sur les rails comme l'explique un agent de l'aguipresse.

"Nous souffrons beaucoup ici par ce que souvent des gens viennent jettent les ordures ici et les brûler en même temps et pire encore cela peut se coïncider à l'arrivée du train au même moment où le train passe. Pourtant ces ordures sont tant ramasser par la société russal mais ça se répète et ces les riverains d'ici" explique Ousmane kaba.

Pour cetrains observateurs, les dispositions doivent être prises par les autorités pour éviter, le drame.

Amina Condé  pour lematinguinée.com