Ministère de l’Energie : Dr Cheick Taliby Sylla explique les causes de coupures d’électrique

Sous l’instruction du Chef de l’Etat, le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique Dr Cheick Taliby Sylla a animé ce lundi, 07 Janvier 2019 une conférence de presse à Conakry, pour expliquer à l’opinion nationale et internationale les raisons de coupures électricités, enregistrées ces derniers à travers la Capitale (Conakry) mais aussi, exposer à la place publique les réalisations faites par son département, en matière d’approvisionnement d’électricité à la population dans les cinq communes  et dans les 33 préfectures du territoire  national.  A en croire le ministre, quelques avancées ont été certainement  réalisées mais, il reste beaucoup à faire encore. Parce que, les coupures n’ont pas dit leur dernier mot.

Très malheureusement, pendant que le ministre Taliby Sylla était en plein conférence de presse ce lundi dans un réceptif hôtelier de la place, pour parler quelques avancés réalisées par son département, il a été interrompu pendant quatre minutes par la coupure du courant électrique.  Selon le ministre, ce délestage est dû par le manque de l’eau dans les cours d’eau. Nous vous présentons ici un extrait de sa réaction. Lisez !
« … Chez nous en Guinée, il y a deux saisons ; la saison sèche et la saison de pluie. Mais, une est en train de dominer l’autre. C’est la saison sèche. Du côté environnement, c’est au mois de septembre que l’échelage commence. Nous devons aujourd’hui beaucoup sensibiliser les populations sur la protection de l’environnement. Quand les cours d’eau sont crues, il y aura obligatoirement de faible production de l’électricité. Il faut 513 mètre cube d’eau pour faire fonctionner une tribune. Donc, s’il n’y a pas d’eau, il n’y a pas de possibilité.  Donc, on savait que pendant la saison sèche, nous savons ce qui a été fait  pour que le barrage de  Kaleta se maintienne. Pour le moment, en attendant la construction Souapiti, c’est Garafiri qui sert le barrage de Kaleta en eau. Donc, il fallait installer des groupes thermiques. En 2010, tous les groupes de Tombo ne fonctionnaient. Voilà pourquoi, il y a eu le changement de nom de Tombo à Kaloum. Sur 235 mille mégawatt installés jusqu’en 2010, rien ne fonctionnait. Donc, il fallait réhabiliter ces centrales là et en construire d’autres. Un autre aspect, le taux de croissance est de 3,6%. Donc, un taux très élevé, cette population qui croit à une vitesse a besoin d’énergie. Les consommateurs sont plus nombreux que la production…. », explique Dr Cheick Taliby Sylla, ministre de l’Energie et de l’Hydraulique à la presse.
Younoussa Bangoura