Négociations autour des 8 millions : le SLECG pose ses préalables

Les négociations entre le gouvernement et le Syndicat Libre des Enseignants de Guinée (SLECG) dirigé par Aboubacar Soumah  sur les huit millions comme salaire de base ont débutées ce mercredi 29 août 2018, dans les locaux du ministère de la fonction publique. Au  compte de cette première journée d’échange, il a été question pour les syndicalistes de poser des préalables et les  négociations reprennent  le 4 septembre prochain.

Et effectivement parlant de ces préalables Mohamed Bangoura, chargé de la communication dira qu’il s’agit de cinq préalables   «L’arrêt de l’ingérence des autorités administratives dans les affaires syndicales, le virement du salaire des enseignants nouvellement engagés en 2017-2018, l’engagement à la fonction publique  des 10 enseignants homologués à l’université de Labé, de Kindia depuis plusieurs années sont en situation de classe, le rétablissement des enseignants mutés  pour fait grave à Kindia, Labé , mais aussi la poursuite judiciaire de ces loubards  qui de façon très maladroite ont saccagé les locaux du SLECG. Nous avons demandé aussi le paiement des primes de négociation qui ont abouti à la signature du protocole d’accord  du mardi 13 mars 2018 dans la salle  des actes du palais du peuple »
Après avoir mis sur la table de négociation leurs  préalables il explique que « A cela deux autres  points ce sont ajoutés, c'est-à-dire la poursuite judicaire des loubards qui ont vandalisé le 08 aout dernier  les locaux du SLECG,  ainsi que le reclassement des admis au deuxième  certificat et leurs prise en charge. Donc tous ces points ont été débattus. Et la partie gouvernementale a demandé un temps moratoire d'une semaine à fin de pouvoir statuer  et de questionner des techniciens à la matière, et le coté syndicat à accepter  mais avec condition, de reprendre le dialogue dans la mesure où le mardi prochain, nous venons au tour de la table avec des  actes concrètes de la part du gouvernement…..  Nous avons demandé à ce que tous nos camarades mutés au sein des universités de Kindia, Gamal et Labé, soient ici rétablit dans leurs droits où à défaut, il ne serait pas question d'ouvrir un couloir des négociations »
Au sortie de cette rencontre, l’inspecter général du travail Dr Alya Camara  dira « A la suite du courrier que nous avons adressé à nos deux partenaires du gouvernement  notamment  le gouvernement et syndicat, nous nous sommes retrouvés aujourd’hui  dans cette salle pour discuter de la question  inscrite à l’ordre du jour. Les débats de ce matin ont été  focalisés sur les préalablesJ’avoue que les discussions se sont déroulées dans une ambiance de cordialité. La partie syndicale nous a fait part d’un certain nombre de préalables auxquels il souhaite que le gouvernement apporte solution. Sur ces préalables, la partie gouvernementale a pris bonne note et le rendez-vous est donné pour le mardi prochain. Bref, ces préalables concernent essentiellement certains points non-appliqués du protocole d’accord du 13 mars 2018 ainsi que les difficultés rencontrées par le SLECG sur le terrain dans le cadre de la mise en place de bureaux dans le pays profond… »
Alphonse Y  pour lematinguinée.com