RDC; dans quelles heures Joseph Kabila va se prononcer s'il sera candidat ou pas à l’élection présidentielle

Le président congolais a attendu ce mercredi, date limite du dépôt des candidatures pour la présidentielle de décembre, pour faire savoir s'il désigne un « dauphin » ou s'il décide de concourir à un nouveau mandat - ce qui lui est pourtant interdit par la Constitution.

Alors que les candidats à la présidence de la République ont jusqu’à 15 h 30 GMT, mercredi 8 août, pour déposer leur candidature à l’élection prévue le 23 décembre, le président Joseph Kabila n’a toujours pas clarifié sa position.
Il est pourtant longuement apparu en direct sur la chaîne d’État RTNC, mardi matin, alors qu’il présidait une cérémonie militaire à Kinshasa. Plus tard dans la journée, il a réuni les partis des forces présidentielles dans sa ferme de Kingakati à 80 km de Kinshasa. Là encore, aucun nom d’un potentiel dauphin n’a été annoncé. « L’oiseau rare sera connu tôt le matin (mercredi), à l’aurore », a déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement Lambert Mende en sortant de cette réunion avec les 14 composantes du Front commun pour le Congo (FCC).

Quatre candidats déclarés
Ses proches n’ont donné aucun indice en sortant du séminaire présidentiel. « Le chef de l’État a réuni ceux qui veulent continuer son œuvre. Le candidat du FCC symbolisera l’unité dans la continuité », a déclaré à l’AFP son directeur de cabinet adjoint Jean-Pierre Kambila. Sur les réseaux sociaux, le nom de l’ex-Premier ministre Augustin Matata Ponyo revient régulièrement parmi les possibles dauphins.
Dans la matinée du 7 août, la candidature d’un ancien soutien fervent du président Kabila, l’ex-ministre Tryphon Kin-Kiey Mulumba, a brouillé les pistes. Dernier porte-parole du dictateur Mobutu, deux fois ministre de Joseph Kabila, Kin-Kiey avait lancé en 2014 l’association « Kabila Désir », pour « fédérer » les Congolais autour du bilan présidentiel.
Deux jours auparavant, il se demandait sur Twitter comment la désignation d’un « dauphin » « pourrait se faire sans frustrations nouvelles voire fracture au sein de la plate-forme » du FCC – un signe que le processus serait enclenché, selon des experts.
Le monde presse