Santé : une campagne anti-fraude des médicaments antipaludique lancée

 

Le ministère de la santé et de l’hygiène publique a officiellement lancé ce vendredi 28 septembre 2018,  la ligne téléphonique «  faire  la différence » pour signaler le détournement des produits antipaludiques  par un numéro vert  le “8135”  Une initiative du  bureau de l’inspecteur général (OIG) et de l’agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).

 
En effet, ce numéro, permettra désormais à tous les citoyens de signaler en toute confidentialité la vente illicite de “médicaments” et  du “traitement” contre le paludisme qui sont gratuit dans les centres de santé publics du pays.  
Quant à la campagne, elle est lancée pour solliciter la participation des communautés locales pour dénoncer ceux qui s’attaquent aux programmes de lutte contre le paludisme en Guinée et ailleurs. Le principal objectif de la campagne est d’obtenir des informations concrètes sur le vol, le transbordement, la revente ou la falsification de médicaments et de produits anti paludismes dans les pays bénéficiant d’un financement de l’initiative présidentielle de lutte contre le paludisme (PMI) et l’USAID.
 
Regroupant plusieurs acteurs du système sanitaire à Conakry, ladite cérémonie a été l’occasion de donner des explications sur la gratuité “du diagnostic et du traitement” à travers un sketch joué par des humoristes guinéens et un exposé fait par un professionnel en la matière.
 
Pour Jeff Bryan,  représentant l’USAID « le détournement des produits du programme PMI est devenu alarmant. lorsque des personnes trouvent des médicaments et des moustiquaires détournés sur le marché, cela signifie que quelqu'un essaie de tirer profit de tout le travail et des ressources consacrés au programme. Les médicaments volés, contrefaits ou revendus sont des problèmes graves qui peuvent entrainer des lacunes dans le traitement médical de la population, ce qui peut conduire à une morbidité, voire un nombre important décès ».
 
Dans son allocution Dr Édouard  Niankoye Lama  a rappelé en premier lieu qu’ : “En Guinée,  le paludisme représente la cause de Consultation 33,8%,  d’hospitalisation 31% et de décès 14,2%, dans les formations sanitaires publiques et privées pour tous les âges confondus. Cette campagne est un outil de plus, qui renforcera nos stratégies de lutte contre le paludisme.”
 
Poursuivant son allocution, le ministre de la santé a précisé que  les  efforts des partenaires qui se sont intensifiés ces 5 dernières années ont  contribués à une baisse considérable de la prévalence du paludisme qui est passé de 44% en 2012 à 15% en 2016, soit une réduction de 65%.
Pour terminer, une lance une invite et rassure «  j’invite le personnel de santé à respecter la gratuité des produits et médicaments antipaludiques pour le bien de nos populations. Je demande à la population de dénoncer toute tentative de fraudes liées aux soins gratuits. Mon département n’hésitera pas à traquer les fraudeurs et engager à leur encore,  une poursuite selon la loi ».
 
Alphonse Y

 

 

 

 

 

RépondreTransférer