Vaccination contre la polio à Dixinn : la directrice parle de stratégies utilisées pour atteindre des résultats appréciables…

Depuis le 06 septembre dernier, le gouvernement guinéen à travers   le ministère de la Santé et ses partenaires a organisé des journées de vaccinations contre la polio-mite sur toute l’étendue du territoire national.

A Conakry, toutes les communes étaient concernées de cette vaccination, qui permet aux responsables communaux de la santé de produire un résultat dans cette campagne. Ce qui fut fait. Et, sur les cinq communes de Conakry, c’est la commune de Dixinn qui a produit le bon résultat dans ce premier tour au compte de l’année 2018, est inestimable et appréciable par l’effort fournit par la Directrice Communale de la Santé, Dr Madina Cissoko 
Ce mardi 11 septembre, après la clôture de cette campagne notre reporter a rencontré Dr Madina Cissoko, pour accueillir son sentiment à l’issue des résultats positifs obtenus ces journées.
Selon elle, dans la commune de Dixinn, « la vaccination s’est bien déroulée.  Par rapport aux résultats attendus, nous avons eu sur une population estimée de 7102 enfants dont, nous avons pu atteindre 73487enfants soit un taux de couverture vaccinale de 101%. Contrairement aux autres communes, nous on n’a pas connus des journées des ratissages. En plus de notre objectif fixé dans ce programme était d’aller jusqu’à 95% mais nous sommes allé jusqu’à 1O1%. »
Concernant les stratégies utilisées pour atteindre ces résultats elle explique : « Prés de 260agents ont été déployés et repartis dans les équipes de personnes qui ont courir dans tous les 22quartiers et les 125secteurs pendent ces 4jours, ainsi n’oublier  pas aussi le volet mobilisation, il y’a eu des mobilisateurs sociaux pour identifier dans les quartiers afin de sensibilise la population.
A noter que, la polio-mite est une maladie hautement contagieuse qui atteint des enfants de moins de 5ans. Une maladie qui n’a pas de traitement, c’est seulement la prévention par la vaccination qui peut aider  à éliminer cette maladie dans le pays.
Younoussa Bangoura