Violences à Karala : le président du R.R.D met en garde l’autorité.

Le président du parti Rassemblement pour la Renaissance et le Développement a animé ce mardi 06 novembre 2018, un point de presse au siège de son parti à Sangoyah dans la commune de Matoto. Au cours de cet échange avec la presse, Abdoulaye Kourouma président du parti a déploré  l’installation illégale  des conseilleurs dans cette sous préfecture   mais aussi les violences subit sur la population avant de mettre en garde les autorisés du pays du comportement de l’autorité préfectorale de Beyla et leurs missionnaires.

 
Selon lui, son parti est  déjà victorieux dans cette sous-préfecture, mais l’installation de ces conseilles tarde à venir  et point un  doigt accusateur sur  le préfet de Beyla et les missionnaires du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation «  Le préfet  de Beyla a été  convoqué  à plusieurs  reprises  par le gouverneur pour  céder sur karala. J’ai appelé le directeur national de l’administration du territoire à cinq reprises, il m’a dit que les mesures où les dispositions seront prises pour installer la sous-préfecture de karala. J’ai informé des médias pour leur dire   que le préfet refuse d’installer  la sous préfecture de karala… »
 
Selon lui, le 03 novembre 2018, ils ont été surpris de la présente  d’Alassane kourouma délégué  venant de Conakry   au compte du ministère de l’administration du territoire  venu à Karala dans une jupe composé de policiers et de gendarmes  pour l’installation de l’exécutif se transformer en un évaluateur des dégâts des manifestations  des populations qui réclament l’installation  des conseillers communaux.
« Mais le missionnaire lui n’a rien dit sur place et après constat il s’est dirigé chez un responsable du RPG .Après avoir quitté  les lieux quelques minutes après par la voix des réseaux sociaux  un élément du RPG publie  la victoire de son parti  dans la circonscription de karala sans qu’une  élection de l’exécutif ne soit organisé entre les conseillers élus conformément à la loi .Chose qui a irrité la population vers la  sous préfecture pour récupérer les documents de l’administration  …..Le préfet a envoyé avant-hier deux jupes de la CMIS, et ces derniers sans savoir ce qui se passe  dans la sous préfecture ont commencé à lancé des gaz lacrymogènes, mais ils ont été neutralisés par la population, ils ont arrêtés les jupes  et  même les agents de la CMIS, il a fallu l’intervention du président de la R.R.N  pour ne pas que les gens leur fasse du mal»
 
Face à ces violences des forces de l’ordre sur les populations, Abdoulaye Kourouma lance un appel en ces termes «  Nous lançons un appel au médiateur de la république, aux forces vives, à la société civile, au gouvernement  pour une fois de respecter la loi. Et qu’il abstient a déployé les militaires ou les gendarmes dans cette localité ».
 
Sinon dit-il «  Si jamais ce n’est pas une menace, c’est une réalité, si jamais nous avons des blessés par balle ou nous avons des cas de morts, sa va continuer  jusqu’au dernier goutte de notre sang, nous n’allons pas reculer.. »
 
Pour terminer,  il dira que « Aujourd’hui, dans la sous préfecture de karala, le sous préfet est absent, le secrétaire communautaire aussi, tous les membres du RPG ne sont pas présents. Ce qui traduit ici que le R.R.D est la majorité dans cette sous préfecture. Nous voulons que la loi soit respectée pour que l’Etat essaye d’appliquer la loi, que les gens vivent ensemble pour qu’il ait la cohésion sociale. ».
Alphonse Y