ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR: bilan et perspectives

Ce mercredi 21 décembre 2016, le département de l'enseignement supérieur dirigé par le ministre Abdoulaye Yero Baldé, a convié quelques médias de la presse guinéenne triés sur le volet à un déjeuner de presse.
Le ministre, accompagné des cadres de son de ministère, a saisi l'occasion pour présenter aux journalistes les grands axes des réalisations effectuées par l'enseignement supérieur dans le cadre de la réforme, mais aussi décliné les perspectives pour l'année prochaine.
C'est dans une atmosphère de convivialité que le ministre de l'enseignement supérieur a conféré avec les journalistes. Dans son speech, le ministre a déclaré être très heureux d'être parmi les médias dans cette circonstance particulière pour échanger sur des questions d'ordre nationales concernant l'éducation nationale. Surtout, « pour aborder les engagements que le ministère de l'enseignement supérieur a pris en début d'année 2016 ! » a entamé Yero Baldé.
Le ministre a regretté que le métier d'enseignant soit dévalorisé en Guinée, alors que, selon lui, c'est « le métier le plus noble ». Partant de ce constat, il a décliné six axes stratégiques que son département entend mettre en œuvre pour inverser la tendance. Il s'agit de: l'amélioration de la gouvernance du système et des institutions; améliorer l'accès et l'équité; développer la qualité des enseignements, des apprentissages et de la recherche; améliorer les compétences et la motivation du personnel; renforcer le financement et diversifier les sources ; promouvoir la coopération universitaire, scientifique et technique.
Sur le plan des réformes, le ministre a cité entres autres : le recensement biométrique des étudiants; l'introduction des NTIC dans l'enseignement; la revalorisation des enseignants et la formation des formateurs; la restructuration de la formation en médecine.
Concernant les acquis de l'année 2016, Yero Baldé a relevé plus d'une trentaine, dont les plus significative sont: la biométrie; la réforme structurelle et administrative du département de l'enseignement supérieur; la signature du contrat d'extension et de rénovation des universités de Sonfonia, Kankan, Labé et N'Zérékoré; l'élaboration de la stratégie d'informatisation et de modernisation du système; la pose de la première pierre de l'Institut pasteur entre autres.
Le ministre Baldé a, par la suite décliné les perspectives de 2017. Notamment : la finalisation de la première phase de la biométrie et bancarisation des bourses des étudiants; la mise en place de l'ANAQ (Autorité nationale d'assurance qualité) dont le but sera de qualifier les établissements d'enseignement privé qui prolifèrent dans le pays et dont la plupart ne respectent aucune norme structurelle ou pédagogique; la poursuite de l'étude d'extension des 4 universités; l'accompagnement de l'événement Conakry capitale mondiale du livre; la finalisation de l'étude sur la création de l'école d'excellence des mines de la Geo-mine de Boké; la mise en œuvre du projet Mamou Valley dont le concept se réfère à la silicon Valley aux états unis. C'est un espace d'innovation technologique, etc...