Interview : « C’est tout à fait normal que le Chef de l’Etat rencontre le Chef de file de l’opposition », dixit Dr Saliou Bella Diallo

Dr Saliou Bella Diallo, porte-parole de la mouvance présidentielle, et président du parti Hafia, également porte-parole de la COPAM s’est entretenu avec notre reporter au tour de l’audience que le chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a accordé la semaine dernière au chef de file de l’opposition, El hadj Cellou Dalein Diallo. Au cours de cet entretien, Dr Saliou Bella nous parle de l’actualité sociopolitique et surtout, des trois points des 40 conclusions qui ont été signés lors des précédents dialogues politiques en Guinée mais, qui ne sont pas encore rentrés en vigueur.

Lematinguinee.com: Le président Alpha Condé s’est entretenu avec Cellou Dalein Diallo, récemment au palais Sékhoutouréya, en tant que porte-parole de la mouvance présidentielle, que pensez-vous de ce tête à tête ?

Dr Saliou Bella Diallo : D’abord ce n’est pas la première fois, on se souvient avant l’élection présidentielle de 2015, le président Alpha Condé avait rencontré le chef de file de l’opposition, Mamadou Cellou Dalein Diallo et c’est ce qui a permis d’organiser le dialogue politique inter-guinéen. Et aujourd’hui, nous devenons le pays le plus dialogueur de l’Afrique de l’ouest, parce que nous avions organisé quatre dialogues. C’est pour nous un grand plaisir, une consécration du Pr Alpha Condé pour la promotion de la démocratie en République de Guinée. Des élections pluralistes démocratiques ont été organisées en 2010. Il a eu la chance d’être élu et investi et depuis, il s’engage à assurer la promotion de la démocratie. Il a fini d’installer les institutions républicaines et il est en train de leur faire fonctionné convenablement. Le chef de file de l’opposition, est l’une des institutions républicaines, c’est tout à fait normal qu’il lui rencontre et ils discutent ensemble à tête reposée sur les problèmes brulants de la Guinée. Et c’est ce que le Pr Alpha Condé vient de faire. Ça prouve à suffisance sa maturité politique, mais aussi son engagement pour la paix, l’unité nationale et la quiétude sociale dans notre pays qui sont des facteurs importants pour le développement d’un pays.

Quelle appréciation faites-vous à vos collègues de l’opposition après cette rencontre?

Nous félicitons l’opposition depuis l’organisation de la dernière marche, elle commence à comprendre, comme il l’avait déjà dit que, la violence n’arrange aucun problème. Cette fois-ci, à l’aube du cinquième dialogue, nous sommes satisfaits de sa métamorphose. La marche qu’elle a eue à organiser s’est déroulée bien. Les agents de maintien de l’ordre de l’opposition ont collaboré avec les agents de force de sécurité et de la défense pour encadrer convenablement la marche. En tant que porte-parole de la mouvance et de la COPAM, je suis heureux de traduire les sentiments de la mouvance présidentielle qui est tout à fait satisfaite de sa conduite lors de la dernière marche. De leur rassurer aussi que la mouvance est prête à collaborer selon les règles institutionnelle et constitutionnelles avec l’opposition pour qu’on puisse aller de l’avant. Mais aussi pour que nous puissions assoir une base de développement assez optimiste, afin que dans les années à venir la Guinée puisse être parmi les pays en pleine croissance.

Pr Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo se sont engagé pour la reprise du dialogue et le respect des accords qui ont été signés et ceux qui seront signés. Peut-on parler de l’espoir cette fois ci, contrairement à ce que certains pensent que les conclusions des différents dialogues ne sont pas appliquées?

D’abord, il faut retenir que nous sommes à une quarantaine de conclusions issues de quatre dialogues que nous avions organisés. Sur ces quarante conclusions, 37 sont entièrement appliquées, dont le changement de l’opérateur technique, qui nous couterait selon la CENI 300 milliards de francs guinéens qui pourraient nous bitumé de Mamou à Kissidougou ou de Faranah à Gueckedou. Les 37 conclusions qui sont déjà appliquées, ont couté de l’argent et tout cela grâce à l’indulgence, la compréhension au souci de l’unité, de la paix et la quiétude sociale du Pr Alpha Condé qui nous a toujours prié d’abdiquer les revendications de l’opposition pour que nous puissions s’entendre par consensus, afin que nous puissions nous avancé et que la démocratie puisse gagner. Les trois conclusions qui restent et qui sont en train d’être appliqué. C’est l’organisation des élections communales et communautaires, l’identification et la condamnation des responsables de violences concomitantes à l’organisation législatives de 2013 et en fin, c’est l’indemnisation des victimes de pillages lors des élections législatives. Donc, ces deux derniers points doivent être traités d’abord de façon sûre et nette par le ministère d’Etat à la justice, garde des sceaux. Ça obéit à des procédures et à des règles qui sont connues pour éviter de condamner des innovants. Mais, l’opposition est pressé et voulait que cela soit réglé vite et c’est là-bas où il y’a le handicap. Donc, si l’opposition ou d’autres personnes nous disent que les conclusions ne sont pas appliquées, ils n’ont qu’à montrer ces différents points qui ne sont pas appliqués, à part ce que je viens de citer.

A vous entendre on comprend qu’il y’a plusieurs projets qui se trouvent sur la table du Pr Alpha Condé au palais Sékhoutouréya, mais pensez-vous qu’il peut réaliser tous ces projets en 4 ans ?

Nous avons encore quatre ans trois mois de mandature, vous voyez Ebola est parti, il y’a combien de temps déjà, quand FMI est venu, le premier ministre nous a annoncé qu’on est à 4 point, et le FMI a répliqué en disant non, c’est 3.8, mais ces deux points sont les mêmes. Et cela veut dire que c’est une réalité. Imaginez avec les sorties du Pr Alpha Condé, il a eu de promesses de financement importants. Et en suite, il est même désigné comme le président de l’électrification de l’Afrique avec des dizaines de milliards de dollars mis à sa disposition pour faire ce travail. La Guinée a des potentialités électriques importantes. Et les déplacements qu’il est en train de faire, c’est dans cet objectif. Donc, rassurez-vous que le développement réel va se déclencher dans les mois qui viennent et c’est de ça que l’opposition a peur puisse qu’ils savent que la capacité du Pr Alpha Condé à faire changer la Guinée dans les meilleurs délais est possible. C’est de vous dire que quatre ans et demi nous servirons à avoir beaucoup d’acquis dans le développement dans tous les domaines.

Vous faites partir aujourd’hui de la COPAM, mais dites-nous comment se porte le parti Hafia dont vous êtes le président ?

Le parti Hafia se porte bien, nous aurons bientôt cinq ans. On a été créé le 16 décembre 2011. A moins de cinq ans, on a des fédérations dans toutes les préfectures du pays et on a quelques fédérations sur le continent Africain, Asiatique, Américain et Européen. Donc, c’est à l’Océanie qu’on n’a pas encore nos fédérations. Et ensuite, nous avions participé déjà à moins de trois ans aux élections législatives par une liste nationale qui s’est classée parmi les cinq meilleures listes nationales sur 32 du pays. Et parmi cinq candidatures uninominales du pays, c’est une performance et nous sommes en train de continuer à travailler. Nous avions participé activement à l’organisation de la présidentielle de 2015. Et j’étais désigné même comme l’un des vice-présidents du présidium du directoire national de la campagne et Pr Alpha Condé était le président. Donc j’étais le représentant de la moyenne Guinée.

Interview réalisée par B-Younoussa, pour lematinguinee.com

Tél : +224 662 19 42 26

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.