CNSS : vers la mise en place de l'observatoire des risques professionnels dans les mines et carrières en Guinée

La caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) dans son ambition de doter la Guinée d'un mécanisme d'observation des risques professionnels dans les mines et carrières, a organisé ce mardi 28 septembre un atelier préparatoire pour la mise en place de cette structure. Cette rencontre d'échange qui a regroupé les acteurs impliqués dans le processus s’est déroulé sous le thème "Les systèmes d'information sur les risques professionnels dans les mines et carrières dans l'espace IAPRP".

Dans son discours de circonstance, le Directeur général de la caisse nationale de sécurité sociale a fait savoir que les activités minières ont, dans presque tous les pays du monde, des répercussions importantes sur l'économie, l'environnement, la sécurité et la santé des travailleurs ainsi que la vie sociale des communautés avoisinantes. Du point de vue économique, le secteur minier occupe environ 1% de la main d'œuvre mondiale. Ce pendant, il compte pour une part importante du produit intérieur brut (PIB) d'un grand nombre de pays en développement et constitue même souvent l'essentiel des exportations. En 2012, le PIB du secteur minier représentait 6,6% dans les produits intérieurs brut de l'Union économique et monétaire ouest Africaine (UEMOA). Selon l'organisation internationale du travail (OIT), l'Afrique subsaharienne recenserait à elle seule 125.000 décès liés au travail. Ce constat dramatique engage notre responsabilité collective. Du point de vue environnemental, les exploitations génèrent des effets néfastes considérables et de longue durée.

« Face à ces défis, nos pays et tous les acteurs de la prévention sont fortement interpellés. Nous devons nous engager mieux et davantage pour la construction des bases d'une prévention durable dans nos pays. Pour une meilleure synergie de nos actions, la mutualisation des ressources est indispensable. Ensemble, nous pouvons faire des progrès dans le domaine de la sécurité, de la santé et du bien-être au travail », a t-il ajouté.

Malick Sankhon a rappelé que de nombreuses études récentes ont montré que pour obtenir de réelles avancées dans la prévention des risques professionnels, il est indispensable que les politiques et les mesures de prévention soient accompagnées par un outil d’information et d'aide à la décision. C'est dans cette dynamique que la Caisse Nationale de Sécurité Sociale s'est inscrite afin de favoriser le développement d'une culture de prévention, et de poser les bases de la prévention durable. Le secteur des mines et carrières est parmi les cibles privilégiées de cette démarche.

« Le thème de cet atelier préparatoire pour la mise en place de l'Observatoire des risques professionnels dans les mines et carrières "Les systèmes d'information sur les risques professionnels dans les mines et carrières dans l'espace IAPRP", Sert de référentiel pour une prévention durable qui consolide toute politique et stratégie de développement harmonieux. Il présente l'avantage de cerner tous mes contours de la problématique du comportement du travailleur face aux diverses nuisances du milieu du travail. Cet objectif représente pour nos pays d'énormes défis qui doivent nous inciter à unir nos forces, nos compétences, nos moyens et nos initiatives. Ainsi, nous répondrons non seulement aux aspirations des travailleurs, pour leur santé et sécurité au travail, mais aussi aux impératifs d'une stratégie de développement durable », mentionne le DG de la caisse nationale de sécurité sociale.

 

 

 

Mohamed kaba Diakité.