Edito : Tout ça pour rien finalement ?

C’est comme si tout concourait pour la même finalité. L’objectif du combat de la grenouille c’est de suinter, à défaut de baver, de déranger à travers son cri qui résonne tel un vacarme assourdissant. Que vaut une grenouille qui ne bave pas qui ne dérange pas ? Qui ne rappel pas l'approche de la pluie ?  Pourtant tout de même important. Trépasser sa vie pour une vie déjà perdue d’avance, est la pire folie qui puisse exister sur terre, me disait un proche. Tout ça pour rien au final, puisque nous savions que le crocodile ne lâchait pas prise, nous savions qu’il avait cravacher durant quatre décennie pour avoir la garde du fleuve commun. Toutes ces quatre décennies pour assainir les bords, en une décennie. Mission presque perdue, puisque l’eau a été troublée par les petites grenouilles dont il partage l’héritage en commun, sans coup férir ; puisque le fleuve est devenu pire qu’avant, il fallait faire un choix. Se retirer pour permettre à une des plus malignes des grenouilles de faire peau neuve. Au lieu de cela, le crocodile pr2fère garder la pagaie de notre pirogue malgré sa veillesse.
Daouda Yansane